Paiement-securise
Grossesse et CBD

Grossesse et CBD

J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises d’être interrogé par des mamans ou futures mamans qui s’interrogeaient sur la possibilité de consommer du CBD que ce soit en tisanes ou en huiles.

Auréolé de 1000 vertus (souvent avérées) le CBD semble, en effet, être une alternative intéressante aux médicaments pour soulager les maux liés à la grossesse ou à l’allaitement (nausées, vomissements, douleurs,…).

Par mesure de précaution, et faute d’avoir une réponse claire à donner, j’ai toujours opté pour la prudence et déconseillé sa consommation pour ne prendre aucun risque.

Néanmoins, je me suis rapproché de la presse spécialisée et d’un gynécologue-obstétricien pour avoir un avis éclairé sur la question.

La réponse est claire : la consommation de CBD dans le cadre d‘une grossesse ou d’un allaitement n’est pas conseillée.

La réponse ne diffère pas de l’autre côté de l’Atlantique, la Food and Drug Administration (FDA*) des États-Unis déconseille l’utilisation de CBD ou de THC pendant la grossesse ou l’allaitement.

Bien que le CBD ne soit pas un psychotrope et qu’il ne soit en rien comparable au THC (substance active que l’on trouve dans le cannabis) il a été démontré qu’il passe (en faible quantité) dans le lait maternel. Selon la consommation (durée et quantité ingérée) le bébé peut développer à la naissance un syndrome de sevrage**.

En conclusion, et bien que de nombreux articles ou posts affirment le contraire, il est fortement déconseillé de consommer du CBD lorsque l’on est enceinte ou que l’on allaite son enfant.

Dans les mois / années à venir les études vont se multiplier, les résultats vont s’affiner et, peut être, la position du corps médical évoluera.

En attendant la prudence s’impose.

--------------------------------------------------------------

 

*La Food and Drug Administration est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments. Cet organisme a, entre autres, le mandat d'autoriser la commercialisation des médicaments sur le territoire des États-Unis.

** Le syndrome de sevrage néonatal fait référence au sevrage associé aux drogues, à l’alcool et à certains médicaments. Les symptômes du syndrome de sevrage néonatal comprennent des pleurs excessifs, des tremblements, des convulsions et une piètre alimentation.

Laisser un commentaire